Retour en synthèse sur quelques uns des nombreux articles parus au cours des dernières semaines…

BATIWEB – Mai
ADIVBois expose trois solutions d’aménagement à taille réelle
Elles répondent à un objectif précis : développer des éléments d’aménagement et agencement intérieur, pour optimiser l’espace et rendre les lieux de vie évolutifs et plus confortables. Chacune des solutions exposées sont l’œuvre d’équipes pluridisciplinaires, réunissant architectes, designers, agenceurs-intégrateurs ou industriels, par exemple.

ARCHITECTURE BOIS – Mai
Exposition “Vivre Bois” : 3 prototypes pour réinventer l’immeuble conventionnel
Piloté par ADIVbois ( Association pour le développement des immeubles à vivre bois ), le projet a rassemblé des architectes, industriels, agenceurs, designers et marketeurs autour d’une ambition commune : améliorer le cadre de vie de ces habitats. Durant trois ans, ces professionnels ont imaginé de nouvelles solutions d’architecture intérieure, avec le bois comme point d’orgue. Paroi mobile, couloir fonctionnel, pièce à clipser… L’agencement et l’architecture viennent augmenter les lieux de vie et optimiser les espaces. Les utilisateurs profitent ainsi d’espaces plus modulables et confortables.

LE MONITEUR – Mai
Exposition : Le bois expérimente la modulation des intérieurs
Les modules réalisés et présentés dans l’exposition propose des solutions d’installation aisée sur un plateau libre – « il n’y aura que des raccordements à faire sur site » assure Charles-Henri Mathis, personnalisables, réversibles et réemployables. « Mais l’innovation est davantage dans le process que dans le produit », souligne Marie-Cécile Pinson. La fabrication de ces trois ensembles n’a pu ainsi être menée qu’en faisant travailler ensemble des architectes, des designers, des agenceurs-intégrateurs, des industriels et des bureaux d’études.

BATIACTU – Mai
Constructions bois : « La question est de savoir comment on les démocratise »
Au programme, et nonobstant l’exposition en elle-même, les visiteurs pourront participer à des ateliers et échanger avec les représentants de la filière bois. Les prototypes présentés – cuisines, salles de bains, sanitaires… – ont été conçus grandeur nature, et sont le fruit de travaux sur un cadre de vie qui se veut adaptable, réversible et fonctionnel. « Cette exposition va nous aider à faire comprendre qu’on a besoin d’un environnement sain tout en luttant contre le changement climatique », ajoute Frank Mathis. « Il s’agit de faire le lien entre la ressource et la nécessité de faire tourner notre industrie », précise Dominique Weber, vice-président d’Adivbois.

LES ÉCHOS ENTREPRISES ET COLLECTIVITÉS – Mai
Les immeubles se convertissent au bois
Si le bois fait son grand retour, c’est que ses aspects pratiques séduisent les architectes. Préfabriqué en usine, il permet de construire plus vite et limite la pollution du site, le ballet des camions – donc le bilan carbone. Écologique, il surfe sur l’engouement pour les éco-matériaux, qui feront bientôt l’objet d’une nouvelle réglementation. Pour autant, le matériau n’est pas totalement idéal : les réglementations sont complexes – notamment dans le cas d’un immeuble de grande hauteur (IGH) – et son isolation peut parfois laisser à désirer. Ses promoteurs entreprennent un vaste travail de pédagogie. « Nous ne sommes qu’au début de l’aventure de la construction bois par rapport à d’autres pays d’Europe. Il faut faire passer le message que le bois offre un grand confort en matière de qualité de l’air, de chaleur, d’habitat », argue-t-on à la Compagnie de Phalsbourg,

FORESTOPIC – Avril
Construction : la révolution du bois d’ingénierie
Bois reconstitués, lamellé-collé, contrecollé croisé, poutre en I…, les produits d’ingénierie sont de plus en plus présents sur les marchés de la construction. Ils accroissent les performances naturelles du matériau et ouvrent au bois de nouveaux marchés.

WOODSURFER – Avril
Préfabriquer pour se développer
Le principe de la préfabrication n’est pas une nouveauté dans la construction bois, mais plutôt son principal atout commercial qui correspond de plus en plus aux demandes du marché. Industrialisation de la production, utilisation d’éléments de plus en plus élaborés, réduction du temps de chantier, aspect environnemental du matériau… la liste des avantages est assez longue pour que les professionnels français décident enfin de prendre le train en marche. Et cela dans différents domaines.

LE MONITEUR BTP – Avril
La construction adopte le réflexe bois
Alors qu’il avait été très présent jusqu’au XIXe siècle, (le bois) s’était retrouvé relégué aux petits projets ou à certaines zones géographiques, comme la Savoie. Mais, sous la poussée des enjeux environnementaux, notamment celui de la réduction de notre bilan carbone, il est sorti de sa marginalité.

LE BOIS INTERNATIONAL– Avril
JO la filière bois se met en ordre de marche
La rencontre organisée par France bois 2024 le 18 mars, au Pavillon de l’Arsenal de Paris, quelques jours après l’annonce des consultations auprès des opérateurs publics pour la construction du Village olympique et paralympique des Jeux olympiques 2024, a réuni 300 acteurs de la filière bois pour constituer les équipes conception-réalisation-fourniture qui élaboreront les solutions bois construction et aménagement attendues. Une occasion d’évoquer les solutions possibles à mettre en œuvre, ainsi que la nécessaire implication transversale de l’ensemble de la filière bois.

BUSINESS IMMO – Avril
La bois s’invite dans la course des JO 2024
L’enjeu est à la fois de démontrer dans les grands volumes ce que sait faire la filière et comment nous pouvons généraliser la construction bois, renchérit Nicolas Ferrand, directeur général exécutif de Solideo. « Grâce à ça, en 2024, face au monde, le visage de la France sera un village en bois. » Et Jean-Louis Missika de répondre : « La fillière bois ne sera plus l’exception mais la norme. »