Le Journal du CNRS publiait cet été en état des lieux des recherches en cours et un véritable plaidoyer pour ce matériau aussi révolutionnaire que méconnu, qui trouve ses applications aussi bien dans la construction multi-étage qu’en robotique ou en chimie.

Extrait : « Redonner toute sa place au bois n’est pas qu’une question économique, c’est aussi un choix de société pour nos chercheurs. « Le bois pousse tout seul, avec de l’air et l’eau du ciel, rappelle Joseph Gril, alors que la production de matériaux synthétiques nécessite, elle, des quantités importantes d’énergie et d’eau. À un moment où tout le monde parle de transition énergétique, c’est une ressource qu’on ne peut plus négliger. »

Lire l’article